PDF superior Le tourisme dans Les zones humides :

Le tourisme dans Les zones humides :

Le tourisme dans Les zones humides :

Il y a toujours de bonnes nouvelles ! Un tou- risme bien géré à l’intérieur des zones humi- des et dans leurs environs peut apporter des avantages non négligeables, tant du point de vue économique qu’environnemental, au ni- veau du site, au niveau régional et au niveau national. Les communautés et les collectivi- tés locales peuvent en bénéficier – et c’est souvent le cas – sur le plan économique du point de vue des revenus et de l’emploi. Au niveau national, le revenu du tourisme peut être important. La Namibie, par exemple, a calculé qu’en 2007 le tourisme avait contri- bué au PIB à hauteur de 14,2% (y compris en contributions directes et indirectes) et que les activités touristiques fondées sur la nature sont la principale motivation des touristes qui visitent ce pays. Parmi les six parcs de la Namibie, le Site Ramsar des cu- vettes d’Etosha attire environ 200 000 visi- teurs par an, ce qui est, de loin, le chiffre le plus élevé pour tous les parcs.
Mostrar más

8 Lee mas

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL CENTRE CYNEGETIQUE DE REGHAIA REF N° : C.C.R 2012 Réghaia le :

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL CENTRE CYNEGETIQUE DE REGHAIA REF N° : C.C.R 2012 Réghaia le :

aujourd'hui, pour commémorer la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar. «Le tourisme dans les zones humides : une expérience unique », est le thème de cette journée, célébrée sous le slogan « le tourisme responsable, tout bénef pour les zones humides et les populations». La cérémonie officielle aura lieu aujourd'hui, au centre Cynégétique de Réghaïa, sous la présidence du secrétaire général du ministère de l'Agriculture et di Développement Rural, Sidi-Ahmed Ferroukhi.Au menu, de nombreux événements, découverte et sensibilisation du public sur les zones
Mostrar más

12 Lee mas

Troisième édition adoptée dans la Résolution VII.11 (COP7, 1999) et amendée dans les résolutions VII.13 (1999), VIII.11 et VIII.33 (COP8, 2002), IX.1 Annexes A et B (COP9, 2005) et X.20 (COP10, 2008) Sommaire

Troisième édition adoptée dans la Résolution VII.11 (COP7, 1999) et amendée dans les résolutions VII.13 (1999), VIII.11 et VIII.33 (COP8, 2002), IX.1 Annexes A et B (COP9, 2005) et X.20 (COP10, 2008) Sommaire

25. Occupation actuelle des sols (y compris l’eau) : les principales activités humaines dans a) le site Ramsar lui-même et b) les environs et le bassin versant. Donnez des informations sur la population de la région et une description des principales activités humaines et formes d’utilisation des terres et de l’eau dans la zone humide, par exemple l’apport d’eau pour les besoins domestiques et industriels, l’irrigation, l’agriculture, le pâturage, la sylviculture, la pêche, l’aquaculture et la chasse. Mentionnez également ici les activités et utilisations relatives à la recherche, à l’éducation et aux loisirs/tourisme dans le site mais précisez celles-ci dans les rubriques 29, 30 et 31, respectivement). Il importe de préciser, dans la mesure du possible, certaines notions de l’importance relative, de l’échelle et des tendances de chaque utilisation des terres et de l’eau. N’oubliez pas de noter si les activités ou utilisations sont limitées à certains secteurs du site (p. ex., dans une partie seulement d’un grand site ou dans des zones particulières ou dans des types de zones humides particuliers.) Sous b), résumez les
Mostrar más

100 Lee mas

Inscription de Sites Ramsar

Inscription de Sites Ramsar

25. Occupation actuelle des sols (y compris l’eau) : les principales activités humaines dans a) le Site Ramsar lui-même et b) les environs et le bassin versant. Donnez des informations sur la population de la région et une description des principales activités humaines et formes d’utilisation des terres et de l’eau dans la zone humide, par exemple l’apport d’eau pour les besoins domestiques et industriels, l’irrigation, l’agriculture, le pâturage, la sylviculture, la pêche, l’aquaculture et la chasse. Mentionnez également ici les activités et utilisations relatives à la recherche, à l’éducation et aux loisirs/ tourisme dans le site mais précisez celles-ci dans les rubriques 29, 30 et 31, respectivement). Il importe de préciser, dans la mesure du possible, certaines notions de l’importance relative, de l’échelle et des tendances de chaque utilisation des terres et de l’eau. N’oubliez pas de noter si les activités ou utilisations sont limitées à certains secteurs du site (p. ex., dans une partie seulement d’un grand site ou dans des zones particulières ou dans des types de zones humides particuliers.) Sous b), résumez les utilisations de la terre et de l’eau, dans les régions entourant le site et dans le bassin versant, qui pourraient directement ou indirectement affecter l’état de la zone humide inscrite, ainsi que toute utilisation des terres dans les régions qui se trouvent en aval et qui pourraient être affectées par la zone humide. Pour d’autres références sur l’utilisation de l’eau, voir les Lignes directrices pour l’attribution et la gestion de l’eau en vue du maintien des fonctions écologiques des zones humides adoptées dans la Résolution VIII.1 ; la Résolution IX.1 Annexe C (Cadre intégré pour les orientations de la Convention de Ramsar relatives à l’eau), Annexe Ci (Gestion des bassins hydrographiques : orientations additionnelles et cadre pour l’analyse des études de cas), et Annexe Cii (Lignes directrices pour la gestion des eaux souterraines en vue de maintenir les caractéristiques écologiques des zones humides).
Mostrar más

132 Lee mas

Les zones humides et le tourisme: Australie - Kakadu

Les zones humides et le tourisme: Australie - Kakadu

conjointement avec les groupes aborigènes qui en sont propriétaires. En 2004, le parc et les groupes aborigènes concernés ont défini une vision commune du tourisme pour Kakadu qui sert désormais de fondement au Plan directeur pour le tourisme dans le parc. Il est fondamental pour les Aborigènes de préserver leur terre et leur culture, si bien que le Plan directeur pour le tourisme a pour objectif général de faire reconnaître le Parc national de Kakadu partout dans le monde comme un lieu où :

5 Lee mas

Résolution IX.1 Annexe A Cadre conceptuel pour l’utilisation rationnelle des zones humides et le maintien de leurs caractéristiques écologiques

Résolution IX.1 Annexe A Cadre conceptuel pour l’utilisation rationnelle des zones humides et le maintien de leurs caractéristiques écologiques

18. Les données de référence qui établissent la gamme des variations naturelles dans les composantes, les processus et les avantages/services de chaque site à un moment donné, par rapport auxquels on peut évaluer les changements, sont essentielles à la gestion des zones humides. Les Parties contractantes ont déjà adopté une gamme d’orientations relatives à l’identification, à l’évaluation, au suivi et à la gestion des caractéristiques écologiques des zones humides d’importance internationale et autres zones humides, y compris l’évaluation des risques pour les zones humides (Résolution VII.10), l’évaluation d’impact (Résolutions VII.16 et VIII.9), le suivi (Résolution VI.1), l’inventaire (Résolution VIII.6) et la planification de la gestion (Résolution VIII.14). En outre, le GEST s’est engagé à développer un mécanisme hiérarchique pour décrire les caractéristiques écologiques des zones humides.
Mostrar más

7 Lee mas

Culture et zones humides

Culture et zones humides

A partir d’efforts visant à associer les richesses culturelles aux richesses environnementales naturelles dans les zones humides, il est possible de promouvoir une démarche pour définir un tourisme intégré. Les retombées financières et les créations d’emplois que cela serait susceptible de générer pourraient constituer un capital important pour les communautés locales et accroître leur appréciation de la valeur des ressources procurées par les zones humides. Ceci en retour accroîtra l’évaluation économique des zones humides, contribuant à leur conservation et à leur utilisation raisonnée. Une telle approche peut être valable pour de nombreuses zones humides ayant des richesses culturelles importantes, là où les visi- teurs peuvent être attirés en raison de leur patrimoine à la fois culturel et naturel. Les sites qui suscitent déjà un grand intérêt touristique du fait de leurs monuments, mais encore peu pour leurs richesses naturelles sont un cas particulier. En tout cas, il faut veiller à ce que de telles activités n’ajoutent pas de nouvelles pressions sur les zones humides sensibles.
Mostrar más

83 Lee mas

Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) « Les zones humides : lieux de vie et destinations » Bucarest, Roumanie, 6 au 13 juillet 2012

Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) « Les zones humides : lieux de vie et destinations » Bucarest, Roumanie, 6 au 13 juillet 2012

STRATÉGIE 1.4 Reconnaissance intersectorielle des services fournis par les zones humides. Améliorer la reconnaissance et la prise en compte, dans le processus décisionnel, de l’importance des zones humides pour la conservation de la biodiversité, l’approvisionnement en eau, la protection des littoraux, la gestion intégrée des zones côtières, les flux environnementaux, l’intégrité écologique, la maîtrise des crues, l’atténuation des changements climatiques et/ou l’adaptation à ces changements, la sécurité alimentaire, l’éradication de la pauvreté, le tourisme, le patrimoine culturel et la recherche scientifique en élaborant et diffusant des méthodes pour réaliser l’utilisation rationnelle des zones humides.
Mostrar más

14 Lee mas

Résolution X.29 Préciser les fonctions des organismes et organes connexes chargés de l’application de la Convention au niveau national

Résolution X.29 Préciser les fonctions des organismes et organes connexes chargés de l’application de la Convention au niveau national

14. RECOMMANDE qu’au sein des Comités nationaux Ramsar ou Comités nationaux pour les zones humides il y ait une représentation pleine et entière non seulement des éléments mentionnés dans la Recommandation 5.7 (1993) mais aussi des Correspondants nationaux nommés pour la communication, l’éducation, la sensibilisation et la participation (CESP) et les Correspondants nationaux nommés pour le GEST.

7 Lee mas

Gestion des zones humides

Gestion des zones humides

Les Nouvelles Lignes directrices reconnaissent que l’élaboration d’un plan de gestion pour un Site Ramsar ou une autre zone humide et son application s’inscrivent dans un processus intégré de planification qui permet de déterminer les objectifs de la gestion du site; d’identifier et de décrire les mesures de gestion requises pour remplir les objectifs; de déterminer les facteurs qui affectent ou pourraient affecter les différentes caractéristiques du site telles que les fonctions; de définir les besoins de suivi pour détecter les changements dans les caractéristiques écologiques et pour mesurer l’efficacité de la gestion; de démontrer que la gestion est efficace et rentable; de maintenir la continuité d’une gestion efficace; de résoudre tout conflit d’intérêt; d’obtenir des ressources pour la mise en œuvre de la gestion; de permettre la communication à l’intérieur et entre les sites, les organisations et les acteurs; et de garantir le respect des politiques locales, nationales et internationales. Elles comprennent des orientations sur les moyens d’intégrer l’aménagement d’un site dans le cadre plus général de la planification de la gestion de l’environnement, ainsi que les orientations additionnelles requises sur le zonage et sur le principe de précaution. Les Lignes directrices soulignent enfin qu’il est vital de reconnaître les caractéristiques et fonctions socio-économiques et culturelles des zones humides et de garantir une participation pleine et entière des acteurs et de la communauté locale depuis le tout début du processus de planification de la gestion. Le Manuel 7, 4e édition contient d’autres orientations sur la participation des communautés locales et des populations autochtones à la gestion qu’il serait bon de lire en parallèle avec le présent Manuel.
Mostrar más

108 Lee mas

Réagir aux changements dans les caractéristiques écolo- giques des zones humides

Réagir aux changements dans les caractéristiques écolo- giques des zones humides

57. En fait, une autre raison de différer le retrait du point de vue du Critère 6 découle directement de la méthode d’établissement des seuils de 1 % de la population. En raison de la variabilité interannuelle des effectifs de nombreuses populations d’oiseaux d’eau (souvent due à des différences dans le succès de la reproduction selon les années), les seuils sont fixés, dans toutes les circonstances (sauf circonstances exceptionnelles) de telle sorte qu’ils soient stables à moyen terme – généralement pour une période de neuf ans. En conséquence, il peut y avoir un délai entre un changement dans les estimations de populations biogéographiques et le seuil associé de 1 % d’une part et les nombres annuels enregistrés dans des sites particuliers, d’autre part. En conséquence, si une population est en déclin global à sa prochaine évaluation, le seuil de 1 % fixé sera plus bas, ce qui peut démontrer qu’un plus petit nombre d’oiseaux observé dans un Site Ramsar mérite quand même que le site soit inscrit au titre de ce Critère.
Mostrar más

82 Lee mas

Comités nationaux Ramsarpour les zones humides dans les six régions Ramsar: diversité et avantages

Comités nationaux Ramsarpour les zones humides dans les six régions Ramsar: diversité et avantages

(UNDP 2009; Mafabi 2011). De plus, la structure interministérielle du NWAG a abouti à la création d’un groupe d’étude sur la Loi sur les zones humides chargé de fournir des orientations pour la formulation d’une loi nationale sur les zones humides (RN COP10). En outre, montrant l’exemple en matière de collaboration intersectorielle, le NWAG a coopéré avec des industries privées, y compris des entreprises telles que Uganda Breweries, Manufacturers Association et National Water and Sewage Corporation, les encourageant à intégrer des pratiques d’utilisation rationnelle dans leur fonctionnement et à mener des évaluations d’impact sur l’environnement (EIE) lorsque leurs activités risquent d’avoir des effets sur les zones humides ou sont proches de zones humides (Ibid). En conséquence, le NWAG a fait office de mécanisme pour intégrer l’approche d’utilisation rationnelle de la Convention et les questions relatives aux zones humides dans les lois et politiques nationales et au-delà des secteurs gouvernementaux.
Mostrar más

31 Lee mas

Projet de plan de travail du Groupe d’Évaluation Scientifique et Technique (GEST) période triennale 2016-2018

Projet de plan de travail du Groupe d’Évaluation Scientifique et Technique (GEST) période triennale 2016-2018

Description de tâche : Poursuivre l’engagement dans les travaux de l’IPBES par les moyens suivants : participation du Président du GEST aux réunions de l’IPBES et de son Groupe d’experts sur la gestion, participation de membres du GEST et d’autres experts Ramsar à des évaluations mondiales et régionales, examen des demandes de l’IPBES pour des évaluations thématiques, y compris une évaluation thématique sur l’état actuel et les tendances des zones humides, et intégration des résultats des évaluations de l’IPBES (p. ex., pollinisateurs, dégradation et restauration des sols) dans les travaux du GEST.
Mostrar más

13 Lee mas

À propos de cette série de manuels

À propos de cette série de manuels

elle est considérée comme sous-développée par certains des résidents et des personnalités de la communauté. Les communautés qui vivent dans les zones humides ou aux alentours profitent de l’écosystème pour leurs activités de pêche sportive, de chasse, de tourisme, de foresterie et d’agriculture. L’économie régionale est dominée par la production de pétrole, de gaz, de charbon et de bois, et par une agriculture industrielle (production et transformation avicole par exemple). L’écosystème, tout en étant globalement en bon état, montre des signes de pression attribuée aux impacts des structures actuelles d’occupation des sols et à une population humaine modeste. Le lac Caddo est situé à 180 kilomètres à l’est de Dallas/Ft. Worth, zone métropolitaine du Texas et centre de population en expansion rapide qui dépasse déjà quatre millions d’habitants. Les règlements qui limitent les « droits de propriété privée » ou commerciaux se voient opposer une résistance culturelle et politique. Les règlements locaux d’occupation des sols sont limités ou non existants. Les règlements d’État et fédéraux concernant les sources suspectées de pollution de l’eau, par exemple le ruissellement agricole et le déversement ou les émissions industrielles de produits acides, de matières nutritives et de métaux toxiques sont permissifs et extrêmement politiques. Plusieurs macrophytes aquatiques sont considérés comme nuisibles ou envahissants au lac Caddo. Ces plantes obstruent la navigation, contribuent à une forte décharge de matières nutritives, ralentissent la concentration d’oxygène dissous et accélèrent l’eutrophisation du lac, mettant en péril la qualité de l’eau et sa valeur en tant qu’habitat de poissons pour la pêche sportive. La gestion des espèces envahissantes est généralement controversée: on peut citer l’exemple de débats qui concernent l’utilisation de l’herbicide 2,4-D et des propositions d’introduire une carpe stérilisée, espèce non indigène afin de contrôler certaines plantes aquatiques.
Mostrar más

122 Lee mas

Flore ("Pteridophyta" et "Spermatophyta") des zones humides du Maroc Méditérranéen: Inventaire et écologie

Flore ("Pteridophyta" et "Spermatophyta") des zones humides du Maroc Méditérranéen: Inventaire et écologie

Sur les 389 espéces reconnues dans cette etude, 175 especes sont caractéristiques des zones humides.. Les espéces rares ou nouvellement citées ont été soulignées.[r]

19 Lee mas

Résolution IX.1 Annexe C Cadre intégré pour les orientations de la Convention de Ramsar relatives à l’eau

Résolution IX.1 Annexe C Cadre intégré pour les orientations de la Convention de Ramsar relatives à l’eau

• Résolution VII.18 : Gestion des bassins hydrographiques (San José, 1999). Elle fournit des orientations sur l’intégration de la conservation et de l’utilisation rationnelle des zones humides dans la gestion des bassins hydrographiques et s’appuie, pour cela, sur la Résolution VI.23. L’annexe à cette résolution fournit des orientations relatives à différents éléments pertinents de la gestion des bassins hydrographiques, notamment les dispositions institutionnelles, la politique et la législation, les évaluations au niveau des bassins, la planification des ressources en eau, le maintien des régimes naturels de l’eau et la gestion de l’utilisation des sols. Il s’agit d’une résolution clé au cœur de toutes les orientations relatives à l’eau et il est proposé d’élaborer des orientations opérationnelles plus détaillées pour un certain nombre de ses éléments individuels, à l’avenir (voir figures 2a et 2b).
Mostrar más

22 Lee mas

Group d’Évaluation Scientifique et Technique La Convention de Ramsar

Group d’Évaluation Scientifique et Technique La Convention de Ramsar

En fait, les législations sur l’eau adoptées récemment par plusieurs pays tiennent compte des besoins en flux environnementaux pour maintenir les services éco- systémiques des cours d’eau et des zones humides as- sociées se trouvant en aval : c’est le cas au Costa Rica (Jiménez et al. 2005, Le Quesne et al. 2010), en Afri- que du Sud (Rowlston & Palmer 2002) et en Tanzanie (Acreman et al. 2006). Il y a par ailleurs de nombreuses initiatives régionales, par exemple, celle du Mékong, et des études de barrages particuliers. Cependant, la mise en œuvre des flux environnementaux reste floue compte tenu de l’information limitée sur les éventuels compromis (Acreman & McCartney 2000) et l’absence de volonté politique de changer les droits historiques à l’eau, de reprendre l’eau actuellement utilisée pour l’approvisionnement public, l’agriculture et l’industrie et, dans certains cas, payer des compensations. Con- cevoir ou réaménager des vannes et évacuateurs de crues de grande taille pour gérer les libérations d’eau peut être très coûteux.
Mostrar más

14 Lee mas

Rapport national Ramsar à la COP13

Rapport national Ramsar à la COP13

› La partie tchadienne du Lac-T chad ne dispose pas actuellement un plan de gestion en cours de validité. T outefois, il est prévu lancer le processus d'élaboration du PAG avec le retour de la paix dans cette zone, surtout que le gestionnaire du site a pu bénéficier d'une formation en technique de rédaction du PAG des zones humides par Wetlands International région Afrique. Un appui financier serait nécessaire pour conduire ce processus.

54 Lee mas

La restauration comme élément des plans nationaux pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides

La restauration comme élément des plans nationaux pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides

11. PRIE INSTAMMENT les Parties contractantes de fournir des informations sur la perte de zones humides, y compris une évaluation des processus, fonctions, éléments et valeurs disparus des zones humides. Ces informations devraient contenir des données sur le potentiel de restauration de ces sites et sur tous les avantages de la restauration, et identifier, à tous les niveaux utiles, à l’aide de protocoles normalisés de collecte et de traitement des données, conformément à la Résolution VII. 20, les sites à restaurer en priorité dans l’intérêt de la population et du milieu naturel.
Mostrar más

5 Lee mas

La Réserve de biosphère du delta du Danube (RBDD) en Roumanie

La Réserve de biosphère du delta du Danube (RBDD) en Roumanie

A l’intérieur de la réserve, l’agriculture, la pêche et la sylviculture représentent un élément essentiel des moyens d’existence de la population de la région du delta, notamment des 12 à 13 mille habitants des villages situés dans les limites de la réserve. Dans les années 1980, le delta a subi des dommages résultant d'une série de plans de développement agricole et piscicole à grande échelle, lancés par le gouvernement de l’époque et qui ont eu des effets économiques et écologiques désastreux. Ces projets de développement ont entraîné la dégradation et la destruction de zones humides du delta, la salinisation des sols et la quasi-extinction des carpes sauvages de la
Mostrar más

6 Lee mas

Show all 1406 documents...